Rêve d'amour

Quand on est petit,
On se dit,
Si un jour, je me marie,
Ce sera avec un monsieur très gentil.
Il sera grand,
Aura beaucoup d'argent,
Et sera très intelligent.
Il m'achètera une belle maison,
Et j'aurai deux petits garçons,
Je ferai l'envie,
De toutes mes amies.
Mais en grandissant,
On s'aperçoit bien souvent,
Que pour être heureux,
Il nous en faut si peu.
Que le garçon soit très joli,
On n'en a pas envie,
Mais de celui bien ordinaire,
Celui-là a su nous plaire,
Qu'il n'a pas beaucoup d'argent,
Mais qu'il est si charmant,
Et qu'au lieu d'une belle maison,
Il nous offre un petit logis avec balcon,
Et que c'est avec plaisir,
Qu'on aura les enfants qu'il désire,
On ne fera peut-être pas l'envie de nos amies,
Mais on aura un amour qui durera toute la vie.
 

 
 

Les fleurs

Des fleurs j'aime recevoir de mon amour
Mes préférées les belles roses rouges
Juste les sentir et les regarder
Ils représentent pour moi l'homme aimé
Et mes ami(es) s'ils veulent me faire plaisir
Ce sont des fleurs des champs qu'ils vont m'offrir
J'ai une préférence pour les marguerites
Cela me rappelle quand j'étais petite
Très souvent avec mes parents
On allait se promener dans les champs
Et là beaucoup de marguerites je cueillais
Après avec fierté, à ma mère je les offrais
Oh ! quelles sont jolies qu'elle me disait
Puis elle me prenait dans ses bras et m'embrassait
J'étais tellement contente de la voir sourire
Et j'étais certaine de lui avoir fait plaisir
Les fleurs des champs représentent encore aujourd'hui
L'amour de mes parents et l'amitié de mes ami(es)
Mais les roses rouges vous l'avez deviné
Sont quand même mes préférées
Et si comme dans le moment, je n'en reçois plus
C'est que l'homme aimé, dans ma vie est disparu
 

 

À une future grand-maman

Une future grand-mère m'a raconté, avec fierté
Que sa fille aurait bientôt un bébé
Moi qui croyais qu'être grand-mère faisait vieillir
Là j'ai compris qu'un bébé fait toujours rajeunir
Que l'enfant de notre enfant
C'est un peu grâce à nous qu'il sera là maintenant
Qu'on ne disparaîtra jamais complètement
Tant que nous aurons des descendants
Et c'est sa jeunesse qu'elle revivra
Quand ce bébé elle prendra dans ses bras
Sa fille et son gendre, elle aimera doublement
D'avoir fait d'elle la plus heureuse des grands-mamans
Comme je sais que tu viens me lire très souvent
Tu te reconnaîtras certainement
Si Dieu ce grand bonheur t'a donné
C'est que tu l'avais bien mérité
 


 

Retour chez Maya

Retour aux poèmes de Sophie



Site Meter

<bgsound src="ultimo_vuelo.mid" loop= "1 "> </td> </tr> <tr> <td width="100%" valign="bottom"> <div align="center"><a href="http://www.finfond.net" target="_blank"> <img src="../msophie-logo.jpg" border="0" alt="Graphiques de Au fin fond de nulle part" width="343" height="37"></a></div> </td> <td width="148" valign="bottom"> <div align="center"><img src="../msophie-feuille.jpg" width="148" height="90"></div> </td> </tr> </table> </body> </html><NOEMBED><NOEMBED><NOEMBED><NOEMBED><NOEMBED><NOEMBED></font><NOEMBED><NOEMBED>