~Des poèmes humours~

J'y aime pas la face !
Y sont jamais contents !
Je veux la paix !

     
                       © Sophie

 

J'y aime pas la face

Ça vous es-tu déjà arrivé
De voir quelqu'un pis pas pouvoir le digérer
Y m'tombe s'les nerfs, ça c'est certain
De le voir tout piteux dans son coin
Y passe son temps à se plaindre y est fatiguant
Rognon tout le temps
Y est pas pour faire un sourire
Y pense qu'là bouche va y crochir
Pis si vous le verriez marcher
On dirait qui a peur de s'enfarger
Y fait des p'tits pas ben tranquillement
Y est pas pour faire des efforts c'est fatiguant
Quand y s'assit à table pour manger
Ben là y s'met à jongler
Y a assez peur de pas digérer
Que ça y prend 1 heure à se décider
Pis c'est pas un bonhomme de 80 ans
Y a ben juste 35 ans
Vous devez vous demandez pourquoi j'le garde chez-nous
Ben c'est mon mari que voulez-vous !

Y sont jamais contents !

Moé quand arrive l'heure des repas
C'est pas trompant, j'hais ça
Si j'leur fait un spaghetti
Ben y me disent on en a mangé mardi
On est ben tanné
De toujours la même chose manger
Si une bonne salade j'vas leur préparer
Écoutez-les ben chialer
On n'est pas des oiseaux, pour juste grignoter
Donne-nous quelque chose de solide, pour nous bourrer
Tu pourrais au moins faire un gâteau
Ben non encore son maudit jello
Là j'commençais à en avoir assez
Pis j'les ai tous envoyés promener
En leur disant d'aller manger au restaurant
Comme ça, tout l'monde sera content
Mais comme pas une cenne y voulaient dépenser
Le spaghetti, la salade pis le jello y l'ont mangé.


J'veux la paix !

J'veux avoir la paix, la sainte paix
J'suis tannée du vacarme qui se fait
Les enfants la musique au boute ils ont mis
J'l'ai assommerais les p'tits maudits
Pis mon épais dans l' salon
Il écoute à pleine tête la télévision
Ma fille pis son chum dans sa chambre y s'font aller
J'suis pas folle, j’entends le matelas grincer
Pis comme y fait chaud pis c'est l'été
Les châssis on peu pas rester fermés
Dehors j'entends les enfants crier comme des perdus
J'me retiens j'leur fourrerais un coup de pied au c...
Les voisins sont après se chicaner
J'entends la femme crier comme si y était pour la tuer
Mais j'sais ben qui la tuera pas
Si il le faisait a fermerait sa gueule comme ça
J'me suis mis des ouates dans les oreilles
Ben maudit j'les entends pareil
J'm'en vas dans le bain, pis la porte m'a barrer
J'vas les entendre moins, pis y viendront pas me bâdrer.

Retour chez Maya

Retour aux poèmes de Sophie
 

Pour envoyer cette page par courriel.