Les jolies choses de la vie

On dit souvent que dans la vie,
Il n'y a absolument rien de joli,
Ceux qui ne voient rien de beau sur la terre,
C'est qu'il préfère voir tout en noir.
Ouvrez-vous les yeux et regardez,
Vous verrez bien que vous vous trompez,
Car qui peut ne pas admirer,
Un beau coucher de soleil par un soir d'été.
Et l'hiver cette neige blanche qui tombe du ciel,
Petit ou grand, toujours ça nous émerveille,
Quand on entend les oiseaux chanter,
Et par un ciel clair les étoiles briller,
Il faut être complètement blasé,
Pour ne pas trouver ça beau à regarder.
Et quand on voit s'embrasser deux amoureux,
Vous comme moi, on voit bien qu'ils sont heureux.
Des enfants s'amusent en chantant,
Pour eux la vie est belle et ils sont contents.
Et ce vieux et cette vieille qui vont main dans la main,
Ils ont vécu beaucoup d'année suivant le même chemin,
C'est donc dire que malgré toutes les petites misères,
Que chacun notre tour nous vivons sur cette terre.
On a quand même beaucoup de choses à admirer,
Si on prend le temps de s'arrêter et de regarder.


 

Une porte se ferme et s'ouvre

Ton ami t'a laissé tomber
Et tu es toute chagrinée
Ce n'est pourtant qu'une porte qui s'est fermée
Sur ton amour terminé
Tu croiras ne jamais l'oublier
Et de tes yeux les larmes vont couler
Mais quand un certain temps sera passé
Tu verras la porte s'entrebâiller
Ton sourire tu auras retrouvé
Le gros nuage est terminé
La porte peut s'ouvrir
Car tu recommences à vivre
Bientôt un autre amour tu auras trouvé
Et l'autre sera bien loin dans tes pensées
Les portes sont faites pour s'ouvrir et se fermer
Et le bonheur pour sortir et entrer.
 

Aux femmes battues

Un homme est plus fort qu'une femme physiquement
Tout le monde sait ça évidemment
Des poids très lourds, il peut lever
Sans même après être fatigué
Mais ce que je ne peux accepter
C'est quand il s'en sert pour se bagarrer
Car il y en a qui deviennent violent
Et battent leur femme et leurs enfants
Beaucoup n'osent les quitter
Ils leur promettent de ne plus recommencer
Et elles ont souvent peur de partir
Car s'ils les retrouvent se sera pire
Dans un foyer pour femmes battues, il vous faut aller
Et vos enfants emmener
Cet homme a besoin d'être soigné
Il vous faut vous en éloigner
Peut-être ne pourra-t-il jamais guérir
Ne le laissez plus vous faire souffrir
Au foyer on saura vous aider
Pour que vous et vos enfants soyez en sécurité
Votre vie et celle de vos enfants sont en danger
Allez-y vite et sans hésiter
 



 

 

Retour chez Maya

Retour aux poèmes de Sophie
 

Pour envoyer cette page par courriel. 

Site Meter

 

Graphiques de Au fin fond de nulle part