Ah ! Les jeunes d'aujourd'hui
Ah ! Que c'es beau...
Canayenne pure laine !


Ah! les jeunes d'aujourd'hui!

J'ai un garçon de 25 ans
Un grand flanc mou qui travaille pas les trois-quarts du temps
Pis d'là maison y veut pas décoller
Ça y coûte pas une cenne, pis y est nourri, logé
Y emprunte le char de son père souvent
Pis lui le niaiseux, y m'dit si tu l'avais pas gâté autant
Y dit que ses blondes y vient nous présenter
On a pas compris leur nom y sont dans sa chambre à coucher
Si j'essaie de lui parler entre les deux yeux
Ben y m'regarde, pis y m'traite de vieux jeu
J'comprends que les temps ont changé
C'est pas une raison pour nous prendre pour des arriérés
J'veux ben comprendre les jeunes d'aujourd'hui
Mais eux autres qui nous comprennent aussi
On n'est pas obligé de tout endurer
Parce qui savent qu'on continue à les aimer
Si un jour y peut se marier
Bon Dieu que j'vas être soulagée.

 

 

Ah! que c'est beau

J'viens de lire un roman
C'est tu beau ce qui écrive là-dedans
J'avais le dictionnaire à coté de moé
Parce qui y a des mots que j'comprends point
Des grands bouttes c'était énervant
Y avait pas l'air de l'aimer vraiment
Pauvre p'tite à faisait ben pitié
À me faisait penser à ma cousine Josée
Qui faisait rien que brailler
Quand son chum l'a laissé
Mais l'gars dans le livre, lui y l'aimait
C'était un maudit qui l'empêchait
En dernier c'est toute beauté
Pareil comme un conte de fée
Moé j'aime ça un livre comme ça
Parce que dans ma vie ça arrive pas
Moé un prince charmant j'n'ai pas rencontré
J'suis juste Cendrillon qui commence à ratatiner.
 


Canayenne pure laine

La femme d'à coté
Celle qui parle le bec pincé
Ben a m'a dit que j'parle pas ben
J'y aurais donné un coup de poing sur le nez
Est pas mieux elle avec sa parlure
Dans rue icitte à d'l'air d'une sans allure
C'est pas la reine d'Angleterre
Pis est pas né d'la cuisse de Jupiter
Parce qu'elle a d'l'argent
Elle essaye de tirer du grand
Ben ses parents c'était juste des habitants
Pis y restait dans l'fond d'un p'tit rang
Le monde qui reste dans le boutte
On se comprend toutes
Si chez-nous y mouille, pis chez eux y pleut
Y a pas de différence entre les deux
L'hiver j'ai frette, pis elle a froid
Ben on gèle pareil, j'le crois
Pis l'été a l'ouvre ses fenêtres, pis moé j'ouvre mes châssis
L'air rentre pareil maudit
En tout cas canayenne pure laine j'l'ai toujours été
M'a continuer à parler comme ça, pis m'a l'rester.

 



 

Retour aux poèmes de Sophie

 


 

Retour chez Maya

Site Meter

 

Graphiques de Au fin fond de nulle part