L'amitié via l'amour
L’homme de ma vie
La femme et la maîtresse

L'amitié via l'amour

Je croyais pour toi, n'avoir que de l'amitié
Et je te disais "entre nous pas question de s'aimer"
Tu m'as écoutée, et une autre tu as trouvé
Et à moi ton amie, tu viens me raconter
Ce grand amour, que tous les deux vous vivez
Je t'écoute parler, mais j'aurais le goût de pleurer
Car quand j'ai compris que je t'aimais
Déjà à l'autre, tu appartenais
De tous mes amis, c'est toi que je préférais
Mais je ne croyais pas, qu'un jour je t'aimerais
Et maintenant si je veux t'oublier
Je n'aurai pas le choix, il me faudra te quitter
J'aurai perdu l'ami que j'avais avant
Et l'amour que j'ai maintenant.

 

L’homme de ma vie

Les qualités que je veux trouver
Chez l’homme qu’un jour j’aimerai
Avant tout, de l’humour
On s’amusera à tous les jours
Jamais on ne sera morose
L’on verra toujours la vie en rose
Il lui faudra aussi de la diplomatie
C’est une qualité primordiale aussi
Il me dira ce qu’il pense de moi gentiment
Tout en n'étant jamais méchant
Qu’il ne soit pas non plus avaricieux
Ce qui ne veut pas dire gaspilleux
Mais je n’aimerais pas, que l’on se prive de tout
Pour économiser toujours plus de sous
De l’argent je sais qu’il faut en mettre de côté
Mais on peut le faire sans exagérer
Romantique aussi un peu
Avec tout cela, c’est certain que je le veux
Si du côté sexuel, l’un de l’autre on ne peut se passer
Ce sera l’homme parfait pour moi que j’aurai trouvé.

 

La femme et la maîtresse

Toute la nuit, je t'ai attendu
Mais pour rien car tu n'es pas revenu
Avec elle, tu es resté
Celle qui dans ton cœur m'a remplacée
Avant j'étais ta femme adorée
Aujourd'hui avec ta maîtresse, il me faut te partagé
Parfois je me demande si elle souffre aussi
Quand pendant quelques jours tu restes ici
Si tu pouvais un jour te décider
Et savoir laquelle tu veux garder
Je sais que l'une de nous aura le cœur brisé
Mais dans le moment, on est deux à se torturer
Je devrais probablement la détester
J'ai essayé, mais je la comprends de t'aimer
Je devrais partir d'ici et te laisser tomber
J'en ai pas le courage car je continue d'espérer
Tu joues avec notre cœur à toutes les deux
Et tu es le seul qui n'est pas malheureux
Arrête et de nous, aie pitié
Choisis laquelle des deux tu vas préférer.

 



 

 

Retour chez Maya

Retour aux poèmes de Sophie
 

Pour envoyer cette page par courriel. 

Site Meter

 

Graphiques de Au fin fond de nulle part