Une belle soirée.
Pouvoir partager.
Le monde distrait.

Une belle soirée

Notre journée de travail terminée
Vite chez nous, on va rentrer
Prendre un bain et faire le souper
Avant que notre amour ne soit arrivé
On soupera aux chandelles tous les deux
Comme le font beaucoup d’amoureux
Après avoir dans la cuisine tout rangé
Au salon on ira s’installer
Très près l’un de l’autre, on pourra causer
De ce qu’on a vécu en cette journée
On n'oubliera pas de s’embrasser
C’est bien meilleur qu’une pause café
La télévision ne nous intéresse pas tellement
À autre chose, on pense certainement
On doit s’endormir beaucoup
Car c’est juste à se coucher, qu’on a le goût
Vous croyez avoir deviné, ce que l’on a dans l’idée?
C’est très possible, mais vous pouvez aussi vous tromper.

 

Pouvoir partager

Si dans la vie, on pouvait partager
Ce qui aux autres, parfois, semble manquer 
En moi j'ai tant d'amour à donner
En retour, vous avez trop confiance en vous
Pensez à moi car j'en ai pas beaucoup
De l'humour, j'en ai peut-être un peu trop
Ça vous intéresse? Je vous en fais cadeau
Vous mangez trop, vous engraissez
Moi un peu de poids, je semble en manquer
Vous ne vous fâchez pas assez souvent
Je pourrais vous en passer certainement
Vous ne croyez rien de ce que l'on vous dit
Moi je crois tout, donnez m'en et merci
Ce que je viens de raconter
Ne pourra jamais arriver
C'est comme demander une mémoire d'éléphant ou une tasse de rosée
Excusez-moi ce soir, j'avais le goût d'écrire pour m'amuser.

 

Le monde distrait

Êtes-vous parmi ces gens qui oublient tout
Et qui cherchent toujours partout
On vient pour partir, on est pressé
Les clefs de l'auto, on ne peut pas trouver
Ils y en a qui au besoin portent des lunettes
Mais ce demandent toujours où ils ont pu les mettre
Essayez de trouver une boucle d'oreille quand on en a besoin
C'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin
Si on oublie après l'auto, d'éteindre les phares
Certain que le lendemain pour partir, elle ne fera aucun effort
Une cassette vidéo on veut regarder
On n'avait pas pensé qu'à un ami(e) on l'avait prêtée
Au magasin, une revue on va s'acheter
Des chips, du chocolat on s'achète, mais pas de revue, on a oublié
On a beau prié Saint-Antoine de Padoue
Qui supposément a le nez fourré partout
Mais rien à faire on passe notre temps à chercher
Que voulez-vous, on est un cas désespéré.

 

 

Retour chez Maya

Retour aux poèmes de Sophie

Pour envoyer cette page par courriel. 

Site Meter

 

 

 

 

<NOEMBED><NOEMBED>