Écoute, ma fille...
 
Ce soir, en te voyant t'endormir, ta menotte posée sur ta joue,
tes boucles blondes éparpillées sur ton front, j'ai terriblement honte de moi.

Aussi, je me suis faufilée dans ta chambre pour qu'on soit seules,
toutes les deux.

Tout à l'heure, alors que je faisais de la couture,  j'ai senti
comme un remords me secouer et, comme une coupable,
je suis venue m'asseoir ici près de ton lit.

J'ai pensé à toutes ces choses qui, aujourd'hui, m'ont tellement irritées.
Ce matin quand tu te préparais pour l'école,
je t'ai sévèrement grondée parce que
 
tu ne t'étais passé qu'un bout de débarbouillette
sur la figure.

Je t'ai fait une scène parce que tu jetais quelque chose sur le plancher.

 Et au déjeuner, je t'ai encore trouvé en faute:
"Tu renverses ton verre de lait...
tu mets tes coudes sur la table...
 
tu étends trop de beurre
sur ton pain...."

Plus tard, comme tu t'en allais à l'école
tu m'as fait signe de ta petite main et tu m'as dit:
"Bonne journée m'man".

Tout ce que j'ai trouvé à dire c'est: "Dépêche-toi à fermer la porte de la voiture".

Vers la fin de l'après-midi, en t'apercevant jouer aux billes avec tes amies dans la cour,
j'ai regardé tes genoux et tu avais sali tes pantalons.
J'en ai profité pour t'humilier devant des petites amies
en te faisant avancer devant moi jusqu'à la maison.
"Les pantalons ça coûtent cher... si tu devais payer, tu ferais plus attention".

Imagine-toi ma fille de la part d'une mère logique aussi stupide !

Et ce soir, tu te rappelles tandis que j'étais en train de lire le journal,
timidement tu t'es montrée dans la porte du vivoir
avec une sorte de grosse blessure qui cuisait dans ton regard.

Moi, j'ai levé les yeux de mon journal, agacée par ton intrusion.
Un moment, tu as hésité.
"Qu'est-ce que tu me veux encore?"  j'ai grommelé.
 Tu m'as répondu: "Rien m'man".

Et là, tu as plongé sur moi,
tu as enroulé tes bras autour de mon cou
et tu m'as embrassée une, deux, trois fois...
je ne sais plus...
avec une affection que seul le Bon Dieu
a pu installer dans ton petit être
et que seul ton coeur pouvait dispenser
avec autant de tendresse.
 
Et déjà,
tu étais partie dans ta chambre... !

 
 
...auteur inconnu

BONNE JOURNÉE!


Partagez cette réflexion à TOUS vos amis(es) avec votre logiciel de e-mail







 

<bgsound src="http://www.chezmaya.com/cartesvirtuelles/midi/moonrivr.mid" loop= ”1 ”>