journal.jpg (663 octets)

journalpuceb.jpg (886 octets)Ma visite à la fermette (août 2003)

Ma maîtresse m'a emmenée dans une fermette. 

Tu connais-tu ça une fermette ?
Ben c'est comme une grosse ferme mais en plus petit mais les animaux eux autres sont gros pareils parce que ma maîtresse a l'a dit : "Wow ! c'est gros un neztallon !"

Tsé moi je pensais voir des lions pis des tigres...
Mais non, ça c'est dans la jungle y paraît ! 
J'ai vu des vaches par exemple... moi je n'avais jamais vu une en vraie, juste sur Internet. Sont belles sur Internet :

Mais les vraies vaches, sont laides les maudites !  Pis sont ennuyantes... ! Pis pas vite non plus !  Mais avec leur grosse sacoche entre les pattes, je serais pas vite
moi itou !  Entéca...

Pis y avait des cochons.  C'est beau un petit cochon... ben sur Internet veux dire :

En vrai, c'est ben moins beau et ça grogne tout le temps. Sont achalants !
Ma maîtresse m'a dit que vous autres les humains, vous mangez du cochon.  J'en reviens pas !  A dit tout le temps qu'elle est pas bonne cuisinière mais c'tune bonne magicienne parce que ça pas l'air de ça pantoute dans son assiette ! 

Mais c'est pas de ça que voulais te parler... c'est des poules ! 
J'en n'avais jamais vu !
C'est cute mais ça l'air aussi un pu nono s'les bords ! 

Et comme ma maîtresse m'a dit que les oeufs ça sortait des poules, j'ai voulu aller voir par où ça passait.  Ça fa que je me suis approchée d'une poule pis là... a s'est mis à s'énerver quand a m'a vu ! 

Tu savais-tu que ça vole une poule ? 
Ben pas haut... haut... pis pas longtemps. 
J'arrivais pour l'examiner, a se mettait à voler pis a retombait sur ces pattes...
Je la laissais prendre de l'avance... eille a l'a juste 2 pattes elle ! 
Pis quand j'arrivais, a repartait encore à voler pis à l'atterrissait ! 

Ça faisait ben 7-8 fois qu'a faisait ça... oh tabarouette qu'elle était essouflée !
Pis là Hubert, le fermier a crié : "Lâche Georgette, c'est ma meilleure pondeuse!"

T'as pas vu ma maîtresse venir me chercher par le collet !

Ça fa que je suis restée avec eux autres, les humains ; c'était plate... y parlaient de papier légo.  On a rentré dans la maison.  Quand je suis arrivée, j'ai fait comme chez nous... : j'ai été m'asseoir sur un sofa.  Hi hi... ma maîtresse (l'hypocrite) : "Maya, voyons qu'est-ce qui te prend ? Tu fais pas ça chez nous !"  Ben non... tsé y a pas un sofa que j'ai pas essayé chez nous !  

A m'a fait couché sur le plancher... en bois ! Même pas de tapis !
Je te dis que c'est dur pour les os !  Pis on a bu... non... ils ont bu de la limonade... moi rien !  Pis on est parti !  Y était temps !

Mais le lendemain soir, lui (mon maître) y arrivé de travailler et là j'ai entendu leur conversation :

Lui :  Hubert (c'est le fermier) m'a téléphoné.  Il m'a dit que Georgette est morte c'te nuit d'une crise cardiaque!
Ma maîtresse :  Hein ? Sa femme est morte !?!?
Lui : Pas sa femme... sa poule !
Ma maîtresse : Hon !  Ben oui... sa meilleure pondeuse, me souviens !
Lui : Il dit que c'est Maya qui est responsable !
Ma maîtresse : Ah ben torrieu !  Maya... T'es pas sortable !  Tu nous fais toujours honte !  Bon ben qu'est-ce qu'on fait ? On peux-tu le dédommager ?
Lui : Ben voyons donc !  C'pas notre faute si sa poule faisait du kolestérol !

Pis là... là... y sont mis à rire tous les deux comme deux vrais malades. 
J'ai vraiment rien compris à leur affaire ; pourtant y avait rien de drôle.
Même que j'étais triste pour Georgette pis eille... je le savais que je l'avais fait courir en titi !

Je vous comprendrai jamais... jamais... vous autre les humains !  Rire quand y a quelqu'un de mort !

Entéca me suis pas fait chicaner !

Bon ben c'est ça que je voulais te raconter. 

 

Oh !  On a eu un party chez nous dimanche. 
Y avait plein de bouffe sur les tables.
J'ai jamais été capable de rien voler !

Regarde... 
Tu peux-tu être plus proche d'une pizza que ça !

Tout le monde me watchait !


 

journalligne.jpg (2308 octets)

*retour au menu journal

 

Site Meter