poeme
Mes Grands-Parents



Autrefois, quand j’étais un enfant
Je me questionnais sur mes grands-parents
J’étais fasciné par un mot, la vieillesse
Alors qu’éternelle je croyais ma jeunesse

Je les regardais avec de grands yeux
En me disant, à quel âge devient-t-on vieux
Je me rappelle, j’en parlais à mon père
Qui avait dit… un jour on est tous des grands-pères

Alors, c’était donc ça devenir vieux
Je me sentais déjà un peu malheureux
Hélas ! Un jour j’ai vu les choses autrement
Je ne les regardais plus avec mes yeux d’enfant

Grand-mère était encore amoureuse
Et je trouvais que ses rides étaient joyeuses
Ses yeux semblaient toujours nous regarder
L’enfant que j’étais se sentait favoriser

Puis quand je regardais ses cheveux blancs
Ils étaient si beaux dans mes yeux d’enfant
Je trouvais mes grands-parents sages
J’avais presque hâte de vivre leur âge

On leur parlait, souvent on les embrassait
Ils recevaient tout ce que moi j’aimais
Aujourd’hui, j’ai enfin atteint cet âge
De ma vie je me rappelle toutes les images

Je remercie le ciel, d’avoir une bonne mémoire
Mais je souris souvent, devant mon miroir
Il me semble que mes rides sont joyeuses
Et que ma vie est vraiment délicieuse


Texte Claude Marcel Breault

BONNE JOURNÉE!






Envoyez cette page à TOUS vos amis via votre logiciel de courriel !

<bgsound src="http://www.chezmaya.com/07/6/mypleasure.mid" loop= "1 ">