Ces femmes aux «Doigts de Fée»



Dans mon enfance, j'étais toujours impressionnée
de voir travailler ces femmes aux doigts de fée !

Avec presque rien, elles arrivaient à fabriquer
tant de belles choses pour toute la maisonnée :
de fines broderies pour la literie ou linges à vaisselle,
ou encore au crochet, pour faire de magnifiques dentelles !




Des aiguilles à tricoter, et quelques balles de laine,
et voilà, en quelques heures, une paire de bas et de belles mitaines.

Deux mailles à l'endroit, une maille à l'envers
en pensant que «Les enfants seront au chaud cet hiver» !

Même si parfois il y avait des petits défauts dans le tricot,
avec les bas à maman : «On était toujours les plus beaux !»




Dans un vieux capot oublié, coudre un manteau pour le petit dernier,
le truc pour joindre les deux bouts : «Tout garder, ne rien jeter !»

Du linge fait à maison, c'était courant pour les gens de ma génération.
Avec fierté, on le portait sans hésitation.

Avec quelques belles retailles, du fil et beaucoup d'imagination,
elles faisaient une jolie courtepointe, avec beaucoup de passion.




Mais que dire des magnifiques catalognes sur le métier,
et tous ces tapis tissés ou crochetés, il ne faut surtout pas les oublier !

Incroyable, tout ce que ces femmes aux doigts de fée,
arrivaient à transformer, et ce, avec beaucoup d'amour.

Préparer de bons repas avec presque rien, même faire le pain.
Je me souviens : «Elles n'arrêtaient jamais, ces petites mains !»

Mais de voir manger tout ce beau monde avec appétit,
était sans aucun doute, le plus beau des «Merci !»



Les journées jamais assez longues pour tout faire,
donc travailler même tard la nuit,
quand ça pressait avant la froide saison !

Pendant de longues heures se donner «corps et âme» à la tâche.
«Vite, pas de temps à perdre, il faut que ça se fasse !»

Toujours quelque chose à faire Très peu de répit !
Que de patience et d'énergie, et pas de place pour l'ennui.




Très fatiguées, elles allaient se coucher,
mais satisfaites d'entendre la maisonnée ronronner !

Essayer de tout prévoir, même l'avenir,
n'attendre après personne, le mot gagnant : «S'auto-suffire !»

Tant que je vivrai, toujours je me souviendrai,
de toutes ces femmes aux doigts de fée !»


Texte de : Cécile Perreault Laflamme

BONNE JOURNÉE!






Envoyez cette page à TOUS vos amis via votre logiciel de courriel !