Merci la vie de m'avoir fait naître
Dans une famille au mal-être;
Non désirée, non surveillée
Et plutôt mal aimée.
J'ai ainsi appris:
Qu'importe ma vie,
Aimer n'est pas obligatoire.
À chacun son histoire.
J'ai appris à l'accepter, pour me libérer
De cet immense besoin d'être aimée...

 

Merci ma mère de m'avoir laissé faire
Seule, sans vrais repères
Juste libre, et me voir naître
À la vraie vie, celle des maîtres
Qui n'ont pas besoin de se soumettre.

 

Merci mon amie de m'avoir dit merci,
D'avoir préservé ta vie, que j'avais trop envahie.
J'ai ainsi appris, qu'en amitié aussi,
Tout n'est pas permis.


Merci à mon mari de m'avoir dit : « C'est fini ! »
Je ne t'aime plus, j'ai plus envie !
J'ai ainsi appris
Que l'amour n'est jamais acquis,
Qu'il faut le conquérir, ou le laisser partir.


Merci la vie de m'avoir faite fragile
Avec une santé peu docile,
Je peux ainsi apprécier pleinement
Chaque minute, chaque instant.


Merci la vie pour tous ces combats.
J'ai appris à ne pas baisser les bras,
On peut tout perdre d'un coup
Mais l'accepter, quels que soient les coups.


Aujourd'hui, je me sens sereine,
Posée, souveraine,
Sans ressentiment, ni haine
Juste vivante... et j'aime !

 

- Thérèse Chenevière -

 

 





Envoyez ma page à TOUS vos amis(es) avec votre logiciel de e-mail


Site Meter