Surtout, fait ce qu’il te plait

Surtout, fait ce qu’il te plait

Aujourd’hui, je vous partage une histoire qui m’inspire particulièrement.

Toutes les personnes qui commencent à penser différemment, puis à agir différemment des autres, commencent à subir le regard critique de ces derniers.

Le regard ? Pas seulement. C’est aussi les critiques verbales.

Tout ceci a t-il une importance ? Je dirais que oui.

Tout ce qui nous entoure nous invite toujours à une réflexion sur nous-mêmes.

Si la critique ou le regard nous dérange, c’est qu’on est dérangé soi-même.

Pendant longtemps, j’ai subi le regard des autres, mon visage devenait cramoisi à la moindre remarque ou ne serait-ce qu’une marque d’attention collective et impromptue.

Aujourd’hui ça me fait rire.

Et j’aimerais illustrer cela par cette courte histoire qui m’inspire particulièrement. Là voici!

« Dis papa, quel est le secret pour être heureux ? »

Sans dire un mot, le père demande à son fils de le suivre ; ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne et le fils suivant à pied. Et les gens du village de dire :

« Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d’aller à pied ! »

« Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison », dit le père.

Le lendemain ils sortent de nouveau. Le père ayant installé son fils sur l’âne et lui marchant à côté.

Les gens du village dirent alors :

« Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied ! »

« Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison ».

Le jour suivant, ils s’installent tous les deux sur l’âne avant de quitter la maison.

Les villageois commentèrent en disant :

« Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi ! »

« Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison ».

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l’âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :

« Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant !

C’est le monde à l’envers ! »

« Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison ».

De retour à la maison, le père dit à son fils :

« Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur.

Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire.

Fais ce qui te plait et là tu seras vraiment heureux.

Quoi que nous fassions, il y aura toujours des personnes pour ne pas aimer cela.

Rester dans le moule est la meilleure solution pour qu’on nous embête le moins possible.

Et c’est libre à vous. Personnellement, je ne le conçois plus.

Donc, je préfère parler, écrire, sentir et vivre ce que je suis et véhiculer mes idées à ceux qui veulent les entendre, plutôt que de rester un passif voyageur sur cette Terre.

  • Je préfère être critiqué pour mes actions qu’ignoré pour mon inaction.
  • Je préfère mourir avec le sentiment de contribuer que de vivre en me cachant derrière des étiquettes qui ne me correspondent pas.
  • Je préfère perdre les personnes que j’aime si celles-ci ne comprennent plus qui je suis.

Et vous ? Que ressentez-vous ?

Vous sentez-vous libre d’être et de faire ce que vous voulez ?

Pensez-vous que le bonheur et la liberté se paient un prix parfois trop élevé ?

Je vous invite dans tous les cas à vous exprimer pleinement et à faire ce qui vous plait et rectifier au besoin. Tout cela dans le respect des autres.

Ne regrettez jamais vos actions, car elles vous construisent et construisent notre monde.

Exprimez-vous dans les commentaires !

Source : Plate-forme Bien-être